Réseaux de Coopération et de Solidarité


Restaurer le monde naturel


Il s’agit d’assumer individuellement et collectivement la charge de se construire un habitat, produire ses subsistances, veiller à sa santé, s’organiser avec les autres pour faire face à tout cela, afin de ne plus les déléguer à des organisations (entreprises, administrations, partis) qui finissent par nous dicter leurs intérêts.

L’ objectif est de les reprendre en main.

Reconquérons notre autonomie, sur les deux plans de la vie matérielle et de l’organisation politique afin d’oeuvrer à la restauration du monde naturel et notre émancipation d’un système ravageur du vivant.

Associations, Coopératives et Réseaux

Associations

  • TRITICUM, association œuvrant pour la maintien de la biodiversité cultivée et pour la résilience alimentaire sur le territoire de la Métropole de Rouen.
  • Triptolème, association qui a pour but global d’accompagner les projets alternatifs autour de la biodiversité cultivée et de l’agronomie, pour une agriculture plus riche de sens, participant à la santé de la terre et des hommes.
  • AFAF, association Française d’AgroForesterie.
  • Fermes d’Avenir, association dont le projet alternatif se fonde sur la multiplication des petites fermes agroécologiques.

Coopératives

  • Longo Maï, coopérative européenne agricole et artisanale autogérée, internationale, d’inspiration alternative, libertaire, laïque, rurale et anticapitaliste.
  • L’atelier Paysan, coopérative d’autoconstruction de matériel agricole, appropriation de savoirs paysans et autonomisation dans le domaine des agroéquipements.

Réseaux

Plateformes

  • L’archipel du vivant, plateforme web qui vise à développer la résilience locale entre les initiatives, alternatives existantes afin de faire émerger une nouvelle société qui prend soin du vivant, sans aucun rapport de domination et réellement démocratique.
  • Le Répertoire des savoir-faire paysans, plateforme web qui répertorie, valorise, et met en réseau des paysans prêts à partager leurs savoir-faire.
  • Osaé, Osez l’agroécologie, plateforme collaborative qui vise à faire connaitre les savoir-faire d’agriculteurs pionniers et innovants en agroécologie.
  • Herbea, site internet collaboratif pour promouvoir la lutte biologique par conservation.
  • Transiscope, portail web des alternatives, pour accélérer la mise en réseau des acteurs et les synergies entre les projets au service de la transition sociale, écologique et solidaire.

Écovillages & Hameaux

  • Le Réseau Français des Écovillages, a pour objectif de cartographier les agglomérations rurales ayant une perspective d’autosuffisance, reposant sur trois axes : un modèle économique alternatif, une place prépondérante accordée à l’écologie, et une vie communautaire active. Tout en conservant son indépendance, ce réseau fait partie du Réseau International des Écovillages G.E.N. (Global Ecovillage Network), qui fait circuler des informations sur les écovillages dans le monde entier, et en Europe en particulier.
  • Écovillages Europe, propose une liste (évolutive) des écovillages, écocommunautés ou écoprojets en Europe.
  • Toits Alternatifs, annuaire des écolieux, écovillages et écohameaux en France.
  • Hameaux Légers, a pour objectif de faciliter le développement de projets d’habitat participatif sous forme d’écohameaux réversibles et accessibles financièrement, en partenariat avec les territoires qui les accueillent.

AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne)

  • AMAPartage, médiathèque numérique du mouvement des AMAP (partenariat de proximité entre un groupe de consommateurs et une exploitation locale — généralement une ferme — débouchant sur un partage de récolte régulier composée des produits de la ferme).
  • AMAP Court-Circuit, espace où les principes et idéaux libertaires auraient à s’exprimer avec un large public. Collectif indépendant de tout parti politique, religion ou syndicat, il milite pour la protection et la promotion d’une agriculture respectueuse de l’environnement, refusant son insertion dans une logique marchande.

Enseignement des Pratiques agricoles & Réflexion politique

« Entre autres offensives, une des propositions pour enrayer le modèle dévastateur d’agriculture industrielle pourrait impliquer des échanges locaux et régionaux, basés sur des modes de productions agroécologiques adaptés aux besoins alimentaires décidés par les habitant∙e∙s d’un territoire. Dans une logique globale des luttes pour renverser l’actuelle tendance, il devient urgent de reprendre les champs et de s’y installer sur la base d’une terre travaillée, partagée et habitée. »

Extrait de l’interview de Fourche et Champ Libre, réseau de compagnonnage agricole, publiée sur Rebellyon.info
  • Le Woofing permet de s’initier à une vie de plein air tout en aidant bénévolement des fermes à taille humaine et respectueuses de la nature. Leur site permet à quiconque désireux d’expérimenter un retour à la terre, de choisir un lieu et une période à sa convenance.

Maisons du peuple & squats

Les maisons du peuple s’inscrivent dans le courant de la tradition libertaire des bourses du travail, désignant historiquement les lieux partagés permettant aux syndicats d’organiser un soutien aux luttes ouvrières, d’élaborer une organisation politique, tout en participant au mouvement d’éducation populaire.

« Ce qui manque à l’ouvrier [au militant], c’est la science de son malheur.» 

Fernand Pelloutier

Le samedi 5 octobre 2019, Extinction Rebellion et d’autres mouvements (le comité Vérité pour Adama, des groupes de Gilets Jaunes et Youth for Climate Ile-de-France), convergent pour manifester durant une semaine internationale d’actions face au réchauffement climatique et à l’extermination des espèces. À Paris, le centre commercial Italie 2 a été occupé et le centre de la capitale bloqué.

« Détruisons les palais du pouvoir, construisons les maisons du peuple »

« La nature n’est pas à vendre. Pour une écologie sociale et populaire »

Vu sur des banderoles de l’occupation d’Italie 2

« La première Maison des peuples s’est ouverte à Paris samedi 16 novembre au 102 bis rue de Bagnolet, dans le XXe arrondissement vers 15 h. Alors que les affrontements entre Gilets jaunes et forces de police faisaient rage depuis midi place d’Italie, des militants ont décidé d’ouvrir cette Maison des peuples dans une ancienne salle de concerts appelée La Flèche d’or.

Celle-ci était vide depuis deux ans. L’occupation a été préparée depuis quelques semaines par un collectif de 23 groupes représentant des Gilets jaunes, des écologistes, des militants pour l’accueil des migrants, militants queer, des mal-logés, etc. Le but était de marquer le premier anniversaire de la révolte des Gilets jaunes avec l’inauguration de cette maison qui a vocation à rester ouverte et accueillante. » — Publié sur Reporterre.

La Maison des peuples ouverte à Paris <span class="caps">XX</span><sup class="typo_exposants">e</sup> a été évacuée par la police
Photo publiée sur le site de Reporterre

Pourtant, dès le lendemain, sans respecter la loi, la police délogeait ses occupants. Voici le communiqué des collectifs qui animaient ce lieu, reçu vendredi 22 novembre, intitulé La Maison des peuples revivra.